FrançaisEspañolEnglish
Accueil du site

Collège : avançons ! Appel de l’association Ecole changer de cap

Le Collège est le niveau le plus malade de l’institution scolaire. Il est indispensable de le faire évoluer sans tarder. Le « Collège version 2016 » introduit un ensemble d’aspects favorables qui ont été testés avec intérêt et efficacité depuis plus de trente ans dans divers établissements, en France et à l’étranger.

Cette réforme du collège, qui entre en vigueur en cette rentrée, accorde une marge d’autonomie accrue aux établissements pour mieux répondre aux besoins de leurs élèves. Les équipes pédagogiques disposent d’une plus grande marge de manœuvre. Lire la suite



De la cantine au restaurant scolaire ? Bien des étapes encore à franchir…

La restauration scolaire. Voilà un domaine qui paraît bien loin des préoccupations éducatives de l’école. Danielle Coles nous prouve au contraire que le repas à l’école est partie prenante du temps scolaire et même une partie singulièrement intéressante. Dans ce domaine particulier il revient au personnel qui l’encadre d’assumer son aspect éducatif et relationnel dont elle démontre toute l’importance et donc la nécessité de sa reconnaissance. Lire la suite



Dossier thématique : le changement en éducation

Le besoin de conservation imprègne tout ce qui vit. Mais lorsque les conditions l’imposent c’est l’évolution qui permet de se conserver. L’école se trouve dans ce cas. Elle doit changer si elle veut continuer à jouer son rôle et résorber le décalage qui s’est installé entre elle et la nouvelle génération. L’état présent de l’Ecole a donné lieu à de nombreux constats, dont ceux des rapports Pisa de l’OCDE et tout récemment en France celui du CNESCO, le Conseil national chargé de l’évaluation du système scolaire. La politique éducative française amplifie les inégalités sociales qu’elle est censée combattre. Il s’impose donc de réviser ses finalités (1), ses méthodes, et de construire les conditions pour que puisse s’établir l’état futur « possible et meilleur » que Kant entrevoit pour l’espèce humaine et qui pour nous passe par la coopération et la réciprocité dans l’acquisition des savoirs en lieu et place de l’esprit de compétition. Lire la suite



Colloque : La force de la réciprocité et de la coopération pour apprendre

Ecole changer de cap a le plaisir de vous annoncer son partenariat au colloque La force de la réciprocité et de la coopération pour apprendre, organisé par l’association Foresco (Mouvement des réseaux d’échanges réciproques de savoirs). Il se tiendra les 3, 4 et 5 Juin 2016 à l’Agora d’Evry (91- France). Il s’agit d’un projet d’envergure qui mobilisera un très grand nombre d’intervenants et un public nombreux. Lire la suite



Dossier thématique : l’éducation psychosociale

L’éducation psycho- sociale vise à développer chez les jeunes les compétences qui, tout au long de la vie, contribueront à permettre conjointement leur bien-être personnel et des relations satisfaisantes avec l’entourage proche, la société, le monde naturel aussi bien qu’humain. Ce nouveau dossier va donc concerner des domaines variés dans lesquels elles ont à s’exercer. Lire la suite



Les entreprises humanistes. Comment elles vont changer le monde

On peut se demander ce que vient faire un ouvrage dédié aux entreprises sur un site dédié à l’école. Il devient pourtant clair, à la lecture de ce livre de Jacques Lecomte que les finalités et les méthodes de l’éducation humanisante se retrouvent au sein des Entreprises humanistes (celles qui font confiance au potentiel positif de leurs ressortissants) comme de l’école bienveillante. Lire la suite



Le handicap dans notre imaginaire culturel

Cet ouvrage propose un périple anthropologique inédit à l’intérieur même de nos frontières. Du sud au nord de l’Hexagone, il offre un florilège d’expressions culturelles autour du handicap. En Quercy, Forez, Gascogne, Aveyron, Poitou, Corse et dans les Alpes, en Bretagne, Beauce, pays d’Othe et Alsace, quelles significations les communautés humaines attribuaient-elles au handicap ? Lire la suite



Neuf propositions concrètes pour des alternatives dans l’école

Construire ensemble, c’est nécessaire, c’est efficace Enseigner, bien sûr ! Éduquer, sûrement ! (S’)élever, (se) parler, (s’)écouter : de la parole des élèves et de ses usages Des savoirs, mais comment donc ! Lesquels ? comment ? Évaluer pour apprendre, pas pour sanctionner ! Ne pas orienter mais accompagner Un temps chronométré ou des temps nécessaires ? Lire la suite



COP21... ses faiblesses, dont l’éducation

Les préoccupations autour du changement climatique ne font que rendre plus urgents les changements éducatifs, auxquels elles sont systémiquement reliées. Les changements de comportement que les risques climatiques exigent sont en effet ceux qui seront promus par l’accession de l’humanité dans son ensemble à plus d’humanité dans ses rapports d’individu à individu comme d’état à état. L’Education à l’environnement vers le développement durable (EEDD), moteur de ces changements indispensables comporte les deux volets de l’information et de la formation. Ce sont ces deux aspects qu’aborde ici André Giordan, sous l’angle de leurs manques , et donc des obstacles à définir pour mieux mobiliser les forces qui permettront , souhaitons-le, de les surmonter. Ces forces existent, sont déjà en action aux quatre coins de la planète et ne demandent qu’à généraliser leurs efforts et leurs résultats. N’est-ce pas le rôle des réunions planétaires telles que la COP21 de faire advenir cette généralisation ? Lire la suite



Manifeste pour une éducation à la citoyenneté planétaire

Face à l’ampleur, l’urgence, la diversité et la complexité des problématiques engendrées par le modèle de développement de nos sociétés contemporaines, nous sommes donc obligés, dans l’urgence, de nous pencher sur les questions d’éducation et de formation des générations futures qui devront affronter des réalités biophysiques, économiques et politiques inédites, dont nous commençons à peine à entrevoir l’ampleur. Quelles qualités d’humains devons-nous faire advenir pour que ces réalités inédites puissent être rencontrées demain, sans que l’humanité bascule dans la violence et le dépeçage égoïste de la planète ? Quels enfants voulons-nous laisser à notre Terre ? Lire la suite



Ecole changer de cap avec Alternatiba et le mouvement climatique

Ecole changer de cap partagera un stand avec Psychologie de la Motivation au Village des alternatives ALTERNATIBA Paris, place de la République, le dimanche 27 SEPTEMBRE 2015 de 10h à 18h autour du thème : "Pour changer les habitudes, changer l’éducation.Le projet de l’éducation psycho-sociale".



La double hélice des civilisations. Le parti pris de l’optimisme

Cet ouvrage présente les composantes-clés de l’évolution de l’humanité. Il montre les ressources sur lesquelles l’Homme a pu s’appuyer pour construire une organisation sociale performante et apprenante. L’auteur fait le choix de modéliser l’aventure humaine sur la base d’une double hélice permettant de repérer les événements vécus, leurs interférences, leurs incidences…. Lire la suite



Mais qu’est-ce qui l’empêche de réussir ?

Cet ouvrage de Jeanne Siaud-Facchin paru chez Odile Jacob invite chacun, parents et professionnels, à découvrir et à comprendre les mécanismes cognitifs et affectifs, toujours intriqués, qui peuvent entraver la dynamique scolaire et personnelle. Un livre pour savoir comment faire et permettre à chaque enfant, à chaque ado d’avancer sur SA route. Lire la suite



Vivre ensemble : de l’incantation à la « présence pleine »

Dans ma propre pratique de formatrice, d’universitaire, de thérapeute, nourrie de ces approches, et particulièrement de la Gestalt-thérapie, l’accompagnement de l’individu est toujours pensé dans sa relation à l’autre et à son environnement, dans une perspective holistique gravée dans le pentagramme gestaltiste (Ginger) ou inspirée par les courants du psychodrame (Moreno, Markman, Ancelin-Schutzenberger). Lire la suite



Et après ?.. Qu’en est-il de l’école ?

Le peuple français s’est levé spontanément pour défendre la liberté d’expression et la démocratie après ces lâches attentats. Mais après ?.. Encore faut-il que de ces mots émergent du sens et des actions concrètes. Certes cet élan « je suis Charlie, je suis Juif, je suis Policier » pourrait se prolonger à court terme sur le plan économique pour faire face à la crise actuelle. Sans aucun doute, il est un autre aspect plus essentiel à prendre en compte : c’est celui de l’école. Lire la suite



Réussite scolaire et Réussite humaine

Introduction actualisée de l’ouvrage « Donner toute sa chance à l’école. Treize transformations nécessaires et possibles », Juin 2011. Lire la suite



L’éducation psycho-sociale à l’école. Enjeux et pratiques

Parution de l’ouvrage issu du Colloque Education et humanisation. L’école à l’ère planétaire organisé à l’UNESCO le 2 octobre 2013. Lire la suite



DOSSIERS THÉMATIQUES ÉCOLE CHANGER DE CAP

École en santé, école promesse de santé

Dossier élaboré par Jacques Fortin, médecin et universitaire, intéressé dès les années 1970 en Grande-Bretagne par l’importance accordée aux « compétences psycho-sociales » dans le développement de l’enfant. On pourra lire dans ses nombreuses publications de riches témoignages de ses expériences de terrain et de ses propositions. Lire la suite

L’autorité à l’école

La question de l’autorité à l’école est devenue cruciale dans le passage d’une école construite pour la réussite de 5% d’élèves à une école offrant la réussite à tous. Dans cette ère de mutation de l’école comme de la société, la conception de l’autorité à l’école doit elle-même muter et comme le dit si bien Philippe Meirieu « passer d’une conception théocratique ou mimétique de l’autorité à une conception démocratique ». Lire la suite

L’erreur en pédagogie

Il s’agit là en réalité d’une véritable révolution mentale et culturelle qui ferait passer d’une pédagogie intimidante à une pédagogie stimulante et sécurisante. Lire la suite



Le harcèlement entre élèves : l’arbre qui dévoile la forêt...

Souffrances à l’école et conscience politique - Lire

La formation des enseignants. Exemples venus d’ailleurs...

- Lire



École changer de cap. Contributions à une éducation humanisante

Changer de cap, ce serait sortir de la culture hyper-individualiste, de gagnants- perdants qui règne à l’école comme dans la société, et s’orienter résolument vers une culture de coopération et de saine émulation où le succès des uns ne signe pas l’échec des autres. Loin de nuire aux apprentissages scolaires ou d’alourdir la tâche des enseignants, ce serait créer les conditions d’une éducation humanisante où savoirs, savoir-faire, savoir-être, savoir-être-ensemble s’apprennent conjointement. Lire la suite

Donner toute sa chance à l’école. Treize transformations nécessaires et possibles..

Préface, Edgar MORIN

Voici une "Lettre ouverte" que le facteur devrait glisser dans toutes les boîtes aux lettres.... Lire la suite

Conseil supérieur des programmes (CSP). Projet de Socle commun de connaissances, de compétences et de culture

- Lire la suite

La démocratisation enfin au-dessus de l’élitisme républicain ?

Une enquête de 2011... et une citation de 1946 !

Claude LELIÈVRE - LIRE

Hommage à Jacques NIMIER (1929 -2014)

DU "MAUVAIS ÉLÈVE" AU FORMATEUR D’ENSEIGNANTS... - LIRE



Ouvrir des horizons à l’école du XXIème siècle.

Les réactions et commentaires suscitées par notre ouvrage : Donner toute sa chance à l’école. Treize Transformations nécessaires et possibles... émanent de responsables politiques, syndicaux, associatifs et plus largement d’enseignants, chefs d’établissements et autres personnes de la Communauté éducative en charge d’aider l’école à dépasser sa crise. - Lire la suite

Refondation de l’École et Humanisme

Nous assistons en France à une évolution des mentalités conduisant vers une meilleure compréhension des causes véritables du mal-être scolaire. Elle se décline de plus en plus dans les médias. Des tabous tombent, des pistes s’ouvrent peu à peu vers une école plus en cohérence avec les valeurs humaines affichées. Même si beaucoup restent sceptiques qui ont longtemps combattu sans se faire vraiment entendre, et que les pièges restent nombreux, la Refondation de l’école telle qu’elle s’amorce, renforce ces prises de conscience : sa visée d’une "école bienveillante"serait de nature, par les transformations qu’elle implique, à élargir cette ouverture. Notre but est d’y contribuer par une Vision renouvelée des grandes missions de l’école, et d’indiquer des Voies et des Outils qui tombent sous le sens et donnent corps à un humanisme lucide et actif dont l’école, la République et plus largement l’humanité ont fondamentalement besoin.

Car les enjeux d’humanisation sont à la fois individuels et collectifs, locaux et globaux. Ils interpellent toutes les sociétés comme tous les systèmes éducatifs, tous les éducateurs, à travers toute la planète.

Le Colloque "Education et Humanisation" qui s’est tenu à l’UNESCO le 2 octobre 2013 en a défini le sens et indiqué des pratiques. LIRE et VOIR des VIDEOS.

L’ Éducation psycho-sociale au service d’un nouvel humanisme

Maridjo GRANER

"Démocratisation veut dire ici, comme le proposait déjà Henri Wallon en 1946, élévation générale du niveau culturel de la société dans son ensemble et non seulement promotion des meilleurs, qu’ils soient des classes dominantes ou défavorisées".

S’inscrivant dans la vision humaniste de l’éducation et de l’apprentissage des savoirs, celle qui va de « la tête bien faite » de Montaigne à l’école active de Freinet, l’éducation psycho-sociale met en œuvre les principes pédagogiques de l’école nouvelle axés sur l’implication personnelle de l’élève et la coopération. Mais en les enrichissant des connaissances et pratiques innovantes et éprouvées que les sciences humaines et la recherche en éducation ont mises à notre disposition. Lire la suite

Éthique du dialogue

Armen TARPINIAN

La capacité de dialoguer représente une valeur universelle par rapport à laquelle les cultures ont à se repenser et à se juger elles-mêmes, tout comme les instances sociales et politiques. Elle est par excellence un critère de maturité individuelle et collective. La famille et l’école devraient en devenir le creuset. Sans sous-estimer le rôle essentiel de la famille, on peut déplorer que de la maternelle à l’université et aux grandes écoles, la vraie capacité de vivre et d’évoluer en société, l’esprit et la "socio-psycho-pédagogie" du dialogue, ne constituent pas une matière essentielle à l’école. Lire la suite

Le rêve de Jaurès

Raymond MILLOT

L’Éducation Nationale fonctionne comme « une machine à trier »... À cet effet, on y « survalorise certaines compétences » et « l’abstraction y est la seule excellence véritablement reconnue ». - « la production de l’échec (résulte de) institutionnalisation de la compétition et de la souffrance de beaucoup de nos enfants, sans améliorer leurs performances. ». Tous les parents peuvent faire ces constats. Certains s’en réjouissent, beaucoup se résignent. Déjà, en 1970, les sociologues Bourdieu et Passeron dénonçaient cet état de fait. Le Ministre, auteur de ces considérations réalistes, en tire aujourd’hui une conclusion logique : « l’état du système est tel qu’il ne suffit pas de le réformer ». Lire la suite

De la cantine au restaurant scolaire ? Bien des étapes encore à franchir…

La restauration scolaire. Voilà un domaine qui paraît bien loin des préoccupations éducatives de l’école. Danielle Coles nous prouve au contraire que le repas à l’école est partie prenante du temps scolaire et même une partie singulièrement intéressante. Dans ce domaine particulier il revient au personnel qui l’encadre d’assumer son aspect éducatif et relationnel dont elle démontre toute l’importance et donc la nécessité de sa reconnaissance. Partant d’un historique dont témoigne le titre de l’article l’auteure pose les jalons, à partir de ce qui se fait déjà, des progrès à faire dans l’éducation du goût et l’accès au plaisir de bien se nourrir.

S’il faut attendre 1982 pour que le ministère de l’Education Nationale ose affirmer « on ne peut être bon élève si on est mal nourri » c’est que l’idée de séparation entre le corps et l’esprit, a été battue en brèche par les découvertes scientifiques. Aujourd’hui, n’affirme-t-on pas que l’intestin est un deuxième cerveau ? Bien se nourrir est un enjeu vital mais comment le réussir ? Le moment –repas pourrait être une séquence centrale en articulation avec de multiples savoirs et apprentissages théoriques, pratiques. Il pourrait participer au rêve de plus en plus partagé « de réenchanter l’alimentation » [1].

Après les années cinquante, la restauration collective a subi une formidable mutation. Rappelons qu’il y a un siècle, en généralisant l’enseignement élémentaire, tout fut prévu sauf la cantine. Les communes organisent des services de cantine avec les moyens du bord, des gamelles sont servies à chaque enfant (légumes et viande coupée). « Les enfants apportent leur serviette, leur pain et leur boisson. Quelques uns ont du vin... très peu ont du dessert ». Dès 1945, on a quelques pionniers comme Raymond Paumier, instituteur à Montgeron, qui tentent d’impulser une nouvelle appréhension de la restauration scolaire. Les professeurs Trémolières, Dupin et Bour militent dans le sens d’un repas équilibré et convivial. En 1966, une enquête de l’Inserm révèle la grande misère de la restauration scolaire (locaux bruyants, hygiène et sécurité insuffisantes, équilibre du repas inexistant). Le ministère de la Santé réagit avec la circulaire du 9 juin 1971, relative à la nutrition de l’écolier. « En règle générale, le repas comportera toujours une crudité, des protéines animales, des légumes frais cuits deux fois par semaine, des féculents et légumes secs. » En 1974, une circulaire du ministère de l’agriculture précise les conditions d’hygiène relatives à la préparation et à la conservation des plats cuisinés à l’avance. Le contrôle des locaux, des personnels et du matériel est effectué par les services vétérinaires. Enfin, en 1982, le ministère de l’éducation nationale intègre le moment de la restauration au même titre qu’une séquence d’enseignement.

Le système adopté à Meaux, comme dans beaucoup de communes, est la liaison froide. La sécurité alimentaire est devenue une préoccupation majeure et obligatoire. (La découverte des microbes ne date que de Pasteur : (1822-1895). La législation veut garantir une intégrité des aliments, dans le stockage, la réfrigération, la préparation mais aussi l’équilibre alimentaire des repas. Tout doit concourir à la réussite de cet objectif : un repas sain, équilibré, à un coût supportable pour la collectivité et le parent. Les gestionnaires vont tenter de transformer « la cantine » en restaurant scolaire.

De la famille à la collectivité une transposition à réussir ?


L’enfant sait comment se prépare le repas familial, il a le repère de ses nourritures, du lieu où il mange, il est en sécurité. Avec ses parents, il négocie ses envies ou ses rejets. Une relation affective s’est créée autour de la préparation du repas avec une présence aimante.

Au restaurant scolaire, il trouve un lieu agréable, hygiénique, fonctionnel. De la préparation et des odeurs, il ne voit, ni ne sent rien. Une barquette en carton va arriver sur la table, il ne sait rien de la cuisine centrale où les aliments sont préparés comme dans un laboratoire puis mis en barquettes, refroidies, transportées, livrées, réchauffées par les agents. En bout de chaîne, ceux-ci n’auront que très peu de préparatifs à faire et peu de relation avec les convives. C’est l’adulte-surveillant qui encadre les tablées et règle l’ensemble des problèmes qui se posent. Il est le plus souvent contraint par un temps limité et fait de son mieux pour que l’enfant avale sa portion. On constate un refus important de nourriture ; celle-ci remplit les poubelles. Devant toutes les situations complexes qui se posent, refus (vomissement, incivilités) l’adulte référent va réagir en fonction de sa vision personnelle de l’éducation. L’exemple le plus extrême est d’avoir obligé un enfant à ré-avaler son aliment vomi.

La faim est naturelle et instinctive mais l’appétit est-il toujours au rendez-vous ? Quelles sont les conditions qui le favorisent ? Quelles sont les origines des dégoûts ? Comment gérer les difficultés, ou mieux les prévenir ? La collectivité n’a-t-elle pas à prendre le relais du parent pour assurer un ensemble de conditions qui favoriseraient cette relation à la nourriture ? La mairie a fait le choix d’un système en liaison froide. C’est un système qui ne restitue pas le goût des aliments comme une liaison chaude. Dans l’étroite marge qui m’est laissée, je vais susciter autant que faire se peut, des dialogues entre surveillants, agents, responsables de la cuisine centrale, élu, par le biais de l’instauration régulière de commissions de menus, des compte-rendu et des temps de formation. Je participe aussi à un repas dans un restaurant différent tous les jours. Je vais avoir la chance de découvrir le travail d’Henri Petit. Docteur en psychologie, il porte un regard subversif sur le rôle de l’agent dit « de service ». Dans son mémoire de doctorat, il révèle la sujétion dans laquelle ces femmes ont été maintenues et propose, à partir d’une passionnante analyse historique des mentalités et des institutions, d’autres aptitudes relationnelles à reconnaître et à développer. Nous nous trouvons des points de cohérences remarquables.

Ainsi l’ATSEM [2] dans son rôle de surveillante... « A table, l’enfant se raconte et demande à l’adulte de l’entendre. Il ouvre ainsi toutes grandes les portes de sa maison et l’invite à le suivre pour y surprendre ses personnages familiaux essentiels : son père, sa mère, ses frères et sœurs, ses grands-parents, ou autres, tout autant la ménagerie familiale : le chat, le chien, le lapin, la tortue. Il raconte, à livre ouvert, toutes les relations sereines ou conflictuelles. L’adulte attentif devient alors témoin auditeur des moments heureux et des tensions, des conflits, des angoisses qui traversent l’enfant, des lieux de son bonheur ou de ses souffrances... L’adulte est alors engagé à s’y intéresser. La table, c’est aussi le temps de l’intérêt marqué sans lequel aucun enfant ne trouve une place valeureuse dans la communauté. Cet intérêt a valeur apéritive : il contribue à trouver plaisir à manger ». N’y aurait-il pas un autre moyen d’éveiller l’appétit de l’enfant lui-même en l’intéressant aux mécanismes de ses sens ? C’est ce que propose. Jacques Puisais, œnologue, créateur de l’Institut du Goût à Tours en 1976. Il est à l’origine d’un concept qui aura un grand retentissement : les tables de la découverte. Il explique : « Ce qui m’a frappé, dès les premières séances d’éveil sensoriel où j’ai fait sentir aux enfants des odeurs diverses, c’est le fossé entre la finesse de leur perception et le flou de leur vocabulaire... Ma réflexion est partie de ce constat : il fallait faire travailler ces jeunes corps et ces jeunes esprits en leur apprenant à mettre le mot juste sur leurs sensations. Un pari tout de même ! J’étais aussi convaincu qu’il fallait les prendre en main tant que leur appareil sensoriel n’était pas encore encombré par les parasites de notre civilisation urbaine. Pas de langage sans mémoire... Et pas de plaisir sans langage... Il fallait les éveiller, avant qu’ils ne s’endorment complètement dans la bouillie confortable des crèmes glacées, le chatouillement sucré des sodas et la fadeur mollassonne des hamburgers ».

Qu’est-ce qui attire mon attention dans cette pédagogie mise au point par Puisais dans un livre lumineux : « Le goût et l’enfant » publié en 1987 chez Flammarion. Le goût est un mélange polysensoriel, le nez et la langue, mais aussi stimulé par la vue, l’ouïe, le toucher. Il varie d’une personne à l’autre. Pour le neurophysiologiste Patrick Mac Leod, le goût c’est « quatre-vingt-quinze pour cent d’olfaction et cinq pour cent de gustation. La masse principale d’informations entre dans le cerveau par voie nasale ».

Puisais s’est documenté chez Matty Chiva, professeur de psychologie génétique à Paris X Nanterre. A mon tour de suivre la recherche de Matty Chiva dans son livre « Le doux et l’amer » publié en 1985 et qui va faire autorité par la suite. Matty Chiva veut découvrir ce que devient le réflexe gusto-facial du nourrisson (observé et décrit par Steiner), réflexe inné au sucré, à l’acide, au salé et à l’amer. Ce réflexe n’a pas intéressé les chercheurs jusqu’ici, car on n’a pas encore imaginé qu’il puisse conduire à un comportement. Nous sommes toujours dans la séparation entre le biologique et le psychologique. Matty Chiva va non seulement montrer que ce réflexe est universel mais il constate que ces expressions subsistent bien en tant que réflexes et en même temps s’émancipent des stimulations gustatives. « Vers seize mois, notre petit bonhomme est devenu malin ! Il va utiliser ses mimiques pour arriver à satisfaire ses besoins et ses désirs en les répétant de son propre chef ». Ce qui amène Matty Chiva à rejeter l’analyse des psychophysiologistes qui pensent que les comportements alimentaires seraient déterminés uniquement (ou presque) par des régulations organiques. « Cette position me parait difficilement acceptable en ce qui concerne l’homme. Elle évacue les dimensions qui font intervenir non seulement le perçu, mais aussi l’imaginé et le désiré ». (p.235 Le doux et l’amer). Chiva fera l’hypothèse que ce comportement pourrait-être le premier signe d’un jugement moral.

Un questionnaire rempli par les mères le renseigne sur la valeur accordée aux conduites nutritionnelles dans le cadre des familles tests. Il est alors frappé par l’importance du discours rationnel et médicalisé portant sur la valeur des aliments. Rien ou presque n’est noté sur l’aspect relationnel. Il remarque tout particulièrement l’ambivalence de la mère quant à savoir à partir de quand on doit, on peut tenir compte des choix et préférences de l’enfant.

Je vais me servir de ces connaissances, dans mes dialogues avec agents et surveillants, et continuer mon travail sur la constitution d’une identité professionnelle des agents, les aidant à découvrir un potentiel relationnel jusqu’ici négligé... Mon influence de conseil dans la restauration reste limitée. La restauration scolaire est gérée par la municipalité, il est trop tôt pour imaginer une cogestion avec l’éducation nationale d’un ensemble de conditions favorables à la réussite de ce moment repas. Elle pourrait se mettre en place par une formation de tous les surveillants, un éveil du goût avec les éléments du menu qui pourrait se faire à l’école, un temps du repas concordant avec les items du repas et du goût servi à l’école, une vaisselle appropriée, une liaison avec un jardin ou des cours de cuisine, etc.

Coup de zoom

MERCI DE SOUTENIR L’ASSOCIATION ECOLE CHANGER DE CAP
MERCI de soutenir les actions de l’Association École changer de cap en lui faisant un don. Cliquez sur le lien (...)

EDGAR MORIN — Enseigner à vivre. Manifeste pour changer l’éducation
Cultiver l’humain L’Association École Changer de cap dont Edgar MORIN est le Président d’Honneur, se réjouit de la (...)

Hommage à Armen Tarpinian
Armen nous a quittés le 31 mai dernier, dans sa 94è année. De parents arméniens rescapés du génocide de 1915, il était (...)

Philippe MEIRIEU—Le plaisir d’apprendre. Manifeste
Ma conviction est faite et je n’en démordrai pas : dans la course effrénée que vivent nos enfants aujourd’hui, fascinés (...)

Armen TARPINIAN—Le désir d’apprendre et la joie d’enseigner. Finalités et Valeurs de l’école
Source : Texte paru sous le titre "Le désir d’apprendre. Effet-Pygmalion et Effet-Persée", dans la Revue de (...)

De la cantine au restaurant scolaire ? Bien des étapes encore à franchir…
La restauration scolaire. Voilà un domaine qui paraît bien loin des préoccupations éducatives de l’école. Danielle (...)

Jacques LECOMTE—Les enseignants : tuteurs potentiels de résilience
La résilience désigne le processus permettant à une personne ayant subi un ou des traumatismes de mener une vie (...)

Charles ROJZMAN—Enseigner : un nouveau métier ?
Entretien avec Charles Rojzman Source : Extraits de l’Entretien avec Charles Rojzman, paru dans le N° 35 de la (...)

Formation des enseignants et Refondation de l’école
Extraits de l’ouvrage : Donner toute sa chance à l’’école. Treize Transformations nécessaires et possibles..., (2011) 1 - (...)

Marie-Françoise BONICEL—Humour et Humanisation
Humour : un art ? un état de grâce ? ou un "chatouillis de l’âme" ? Marie-Françoise BONICEL "On n’a jamais (...)

André GIORDAN---Un Site pour comprendre l’Apprendre
Apprendre André GIORDAN Enfin les institutions prennent conscience de l’importance de « l’apprendre » ! Jusqu’à (...)

Henri CHARPENTIER---Systèmes scolaires et Equité sociale
Texte paru dans l’ouvrage École changer de cap. Contributions à une éducation humanisante. 2007 Systèmes scolaires et (...)

Jacques DELORS---L’éducation, un trésor est caché dedans
Jacques DELORS, Extrait du Rapport International de Jacques DELORS pour l’Unesco, I996, L’éducation, un trésor est (...)

L’enseignement supérieur face aux chocs de l’époque
Avril 2013, UNESCO Recherche et Prospective en Éducation Georges HADDAD et Michel DRANCOURT Le 21ème siècle (...)

Des Savoirs essentiels qui manquent à l’école
André GIORDAN L’école en France Aborder la question des « savoirs essentiels qui manquent à l’école… », c’est (...)

Donner-recevoir des savoirs. Quand la République reconnaît la réciprocité…
Je souhaite apprendre… Je peux offrir… Échanger des savoirs en réciprocité peut se faire à tous les âges de la vie, en (...)

"Peut-on réformer l’Ecole ?" Colloque AFAE 2014
XXXVIème colloque national de l’AFAE Le XXXVIème colloque national de l’AFAE se tiendra les 04, 05 et 06 avril 2014 à (...)

12e Forum « La non-violence à l’école »
La Coordination pour l’éducation à la non-violence et à la paix organise chaque année son Forum annuel « La (...)

Ligue de l’enseignement. Investir dans l’Education, refonder l’Ecole
Certes l’élévation du niveau culturel de notre pays est indéniable. Mais à quel prix ? Années après années, les rapports (...)

DOSSIER- Jacques NIMIER---Les changements à l’école
Dossier : Les changements Ceux désirés, ceux subis, ceux demandés aux élèves. Nous sommes très ambivalents vis-à-vis (...)

Agir pour la réussite de tous les étudiants
Contribution aux Assises nationales de la recherche et de l’Enseignement supérieur - SEPTEMBRE 2012 "Nous sommes (...)

Année Janusz Korczak
Association Française Janusz Korczak Janusz KORCZAK (Henryk GOLDSZMIT, Pologne 1878-1942) Écrivain, médecin (...)

École : un changement de cap devient possible…
Paul ROBERT, Principal du Collège Lou Redounet à Uzès. Nous publions ici la réflexion d’un chef d’établissement (...)

L’Ecole au cœur de nos préoccupations politiques pour démocratiser la réussite
Contribution au prochain Congrès de Toulouse du Parti Socialiste par Didier FISCHER (Conseiller régional IDF, Pdt (...)

Proposition pour une Société éducatrice
La RECHERCHE-ACTION outil majeur pour la Refondation de l’école Pour DECLIC : A. Béranger - E. Buffin-Moreau - R.et (...)

Pour une école bienveillante  : renforcer le plaisir d’apprendre
Académie de Créteil. Cycle de conférences André Antibi : De la constante macabre vers une évaluation par contrat de (...)

Décès de Jacques Fortin
L’association Ecole Changer de cap a la grande tristesse de vous annoncer le décès de son vice-président Jacques (...)

Le changement en éducation
On ne doit pas seulement éduquer les enfants d’après l’état présent de l’espèce humaine, mais d’après son état futur, (...)

L’éducation psychosociale
Présentation L’éducation psycho- sociale vise à développer chez les jeunes les compétences qui, tout au long de la vie, (...)

MERCI DE SOUTENIR L’ASSOCIATION ECOLE CHANGER DE CAP
MERCI de soutenir les actions de l’Association École changer de cap en lui faisant un don. Cliquez sur le lien (...)

Manifeste pour une éducation à la citoyenneté planétaire
Pour vivre ensemble à 10 milliards, changeons l’éducation Ils s’appellent Pedro, Chan, Alexey, Faizah, Naoline, (...)

Échanger des savoirs à l’école.
Claire HEBER-SUFFRIN Échanger des savoirs à l’école. Abécédaire pour l’action et la réflexion Se raviser et se corriger, (...)

Développer le quotient relationnel. Un programme pour le millénaire
Une première version de ce texte a paru dans le N°29 de la Revue de Psychologie de la motivation, Juin 2000. Nous (...)

Le handicap dans notre imaginaire culturel
Cet ouvrage propose un périple anthropologique inédit à l’intérieur même de nos frontières. Du sud au nord de l’Hexagone, (...)

Philippe MEIRIEU—Le plaisir d’apprendre. Manifeste
Ma conviction est faite et je n’en démordrai pas : dans la course effrénée que vivent nos enfants aujourd’hui, fascinés (...)

Et après ?.. Qu’en est-il de l’école ?
Le peuple français s’est levé spontanément pour défendre la liberté d’expression et la démocratie après ces lâches (...)

La violence à l’école et école de la violence
Sur le site de Jacques Nimier Jacques SALOMÉ C’est devenu une banalité que de le rappeler : il y a aujourd’hui (...)


Sur les sites amis

Les Cahiers pédagogiques

VousNousIls » Dans les classes sans note, il y a très peu d’élèves démotivés ou décrocheurs
Quand la vie éducative se conjugue au pluriel

Mouvement ATD (Agir Tous pour la Dignité) Quart Monde France
Site du Mouvement ATD Quart Monde France, branche francaise du Mouvement (...)

Revue de presse du vendredi 9 décembre 2016
Une courte revue aujourd'hui où il sera question de temps Longuet, et de (...)
source: Les Cahiers pédagogiques

Revue de presse du jeudi 8 décembre 2016
Encore quelques réactions à propos de PISA aujourd'hui, mais surtout de (...)
source: Les Cahiers pédagogiques

Revue de presse du mercredi 7 décembre 2016
Aujourd'hui, ce sera un spécial PISA bien sûr. On ira voir également comment à (...)
source: Les Cahiers pédagogiques

Revue de presse du lundi 5 décembre
L'enquête PISA qui parait demain fait couler beaucoup d'encre, tout comme le (...)
source: Les Cahiers pédagogiques

Bloc-Notes de la semaine du 28 novembre au 4 décembre 2016
Le renoncement c'est maintenant... Et cette annonce est le point de départ (...)
source: Les Cahiers pédagogiques

Mentions légales | S’abonner | Plan du site | Accessibilité