FrançaisEspañolEnglish
Accueil du site Dossiers thématiques

Un héritage vivant

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF

Collectif Ecole changer de cap, mis en ligne le 23 décembre 2020.

Disparu il y a cinq ans, Armen Tarpinian s’était inlassablement battu pour partager une éducation humanisante. École, changer de cap, l’association qu’il avait fondée, s’efforce d’en continuer la promotion, en accord avec d’autres associations et initiatives pédagogiques, consciente de cette nécessité d’ordre anthropologique.

"En cette année de commémoration des deux guerres mondiales", écrivait-il en 2014, l’appel pour une éducation humanisante se fait urgent.(1) Le texte ci-joint, extraits de la contribution d’Armen à cet ouvrage collectif, reste de pleine actualité.

En ces temps de violences idéologiques, sanitaires, économiques et sociales qui n’épargnent pas l’école, c’est bien d’humanisation qu’il s’agit toujours en priorité et pas seulement d’acquisition de connaissances. Notre projet est que l’Ecole en relève le défi et, devant l’urgence, l’association oeuvre à généraliser les initiatives et à faire connaître les expériences réussies encore trop dispersées.

(1)Ecole changer de cap, L’éducation psycho-sociale à l’école. Enjeux et pratiques, Chronique sociale 2014

Donner son plein sens à l’École

Armen Tarpinian [1]

« La gigantesque crise planétaire n’est autre que la crise de l’humanité qui n’arrive pas à accéder à l’humanité. » Edgar Morin

Face aux promesses et aux menaces de la modernité, peut-il y avoir une politique et une éducation pertinentes sans interrogation sur la vision de l’être humain vers lequel nous tendons ? Les questions de la famille, de l’École, de la société, de l’action politique et celle de l’évolution de l’humanité sont en effet liées. Les apprentissages bons pour l’École le demeurent pour la vie : « apprendre à connaître, apprendre à faire, apprendre à se connaître, apprendre à vivre ensemble ». Ces quatre voies d’une « éducation humanisante », définies dans l’ouvrage de l’Unesco « L’éducation. Un trésor est caché dedans », dirigé par Jacques Delors [2], auxquelles s’ajoute aujourd’hui la voie écologique, ne devraient-elles pas constituer la trame et la chair de toutes les formations de « 7 à 77 ans ».

Le terme « humanisant » se rapporte ici au processus évolutif qui peut nous conduire, individuellement et collectivement, à partir d’apprentissages et non d’exhortations ou de « bonnes intentions dont l’enfer est pavé », au déploiement de ce qui fait la maturité humaine, à savoir : la qualité du lien dans toutes ses nuances, allant de la cordialité et la tolérance à l’amitié et à l’amour ; la lucidité de l’esprit et la connaissance de soi ; la force du jugement dégagé des préjugés ; la capacité de dialogue ; l’humour ; le sens de la justice et de la fraternité ; l’autonomie et la solidarité, vitalement complémentaires.

Le déploiement de ces qualités exige des formes d’éducation, d’auto-éducation et de coéducation largement expérimentées dont certaines seront présentées dans cet ouvrage. Regroupées sous le terme « éducation psycho-sociale » elles constituent un legs du XXe siècle à faire fructifier. Elles sont de vrais antidotes à notre tendance à projeter notre responsabilité sur des boucs émissaires, à nous laisser entraîner vers les fanatismes religieux, idéologiques, la xénophobie ou le racisme... Voire, plus simplement, aux « blessures relationnelles ordinaires » liées au milieu familial et social qui peuvent trouver à s’exacerber ou à se dépasser à l’École comme au travail et ainsi virer vers la violence ou la dépression ou aller vers une sociabilité authentique.

[...]

Conclusion

Reste à inscrire profondément cette réorientation éthique et pratique des apprentissages scolaires sur les proches et long termes. Le chantier demeure sérieusement parsemé d’embûches. Le chemin est incertain, les préjugés tenaces... mais un horizon s’est ouvert.

En lien ou proximité avec beaucoup de réseaux et de militants-pionniers de France et d’ailleurs, le but de notre collectif est d’y contribuer par une définition renouvelée des missions de l’École. D’indiquer des voies ainsi que des outils éprouvés pouvant - par des apprentissages autant et plus que des leçons - donner corps à un humanisme actif dont l’École, la République et plus largement l’humanité ont vitalement besoin.

En cette année de commémoration des deux guerres mondiales, l’interrogation reste brûlante : saurons-nous tirer le sens des barbaries inconcevables où se sont laissé entraîner des peuples « scolairement instruits » ? La démocratie institutionnalisée n’y suffit pas si elle n’est accompagnée de l’éducation à l’esprit démocratique par des pratiques d’apprentissage, de dialogue, de connaissance de soi, de capacité d’empathie, de résolution des conflits... L’enjeu est à la fois individuel et collectif, local et global. Il interpelle toutes les sociétés comme tous les systèmes éducatifs, tous les éducateurs, à travers toute la planète.

Notes

[1] Coordinateur du colloque du 2 Octobre 2013 à l’Unesco.

[2] Op.cit.(Rapport à l’ Unesco de la commission internationale sur l’éducation pour le XXIe siècle. L’éducation, un trésor est caché dedans. Ed. Unesco, 1996, 2è éd. 1999)


Dans la même rubrique

» Formation des enseignants
» Deux lycées-pilotes
» L’éducation à l’environnement et au développement durable
» L’école inclusive
» Histoire et actualité du mouvement Freinet
» Éducation à l’environnement et au développement durable
» L’école qui avance : l’innovation en éducation
» Le changement en éducation
» L’éducation psychosociale
» Des pistes pour le collège
» École en santé, école promesse de santé
» L’autorité à l’école
» La philosophie dans l’enseignement, de la grande Maternelle à l’Université
» Dossier sur l’évaluation
» L’erreur en pédagogie
» Le harcèlement entre élèves : l’arbre qui dévoile la forêt...

Mentions légales | S’abonner | Plan du site | Accessibilité