FrançaisEspañolEnglish
Accueil du site
Pour une école motivante

» Le handicap dans notre imaginaire culturel

Collectif d’auteurs, Marie-Françoise Bonicel, mis en ligne le 8 mars 2016.

Cet ouvrage propose un périple anthropologique inédit à l’intérieur même de nos frontières. Du sud au nord de l’Hexagone, il offre un florilège d’expressions culturelles autour du handicap. En Quercy, Forez, Gascogne, Aveyron, Poitou, Corse et dans les Alpes, en Bretagne, Beauce, pays d’Othe et Alsace, quelles significations les communautés humaines attribuaient-elles au handicap ? Quelles illusions collectives partageaient-elles face à la blessure, aux « irrégularités » du corps ou de l’esprit ? La plongée au cœur de ces « échantillons de civilisations » découvre les profondes racines de notre patrimoine imaginaire, avec son cortège de représentations immémoriales, dont nous (...)

» Philippe MEIRIEU—Le plaisir d’apprendre. Manifeste

Philippe Meirieu, mis en ligne le 29 mars 2014.

Ma conviction est faite et je n’en démordrai pas : dans la course effrénée que vivent nos enfants aujourd’hui, fascinés par la vie en trompe l’œil et en temps réel, la découverte du plaisir d’apprendre reste l’acte fondateur de toute éducation. Philippe MEIRIEU Voici un très BEAU et très BON livre. À la fois de réflexion essentielle et de témoignages de vie, ré-créatifs. Une "école bienveillante" - devenue concept-clé de la Refondation de l’école"- saurait-elle faire autrement que nous libérer de l’opposition stérile entre plaisir et effort ? L’un et l’autre ne s’appellent-ils pas naturellement quand les conditions psycho-pédagogiques et l’attention au devenir de chaque élève (...)

» Que peut apporter la "Clinique" aux Enseignants"

Jacques Nimier, mis en ligne le 9 décembre 2013.

Jacques NIMIER Que peut apporter la "Clinique"aux enseignants ? A l’heure où se mettent en place les ESPE, où une réflexion s’amorce sur le métier d’enseignant et où les derniers résultats de PISA montrent que l’anxiété des élèves français est particulièrement élevée, il paraît utile de réfléchir aux aspects négligés dans la formation des enseignants : une formation clinique... Pour moi la "clinique" est la science qui s’occupe du fonctionnement psychique, de la relation entre sujets et des relations dans un petit groupe en attachant de l’importance à la parole des élèves, des enseignants et des parents. Comment un enseignant pour qui la relation avec ses élèves est le (...)

» Agir sur le Climat scolaire : une approche systémique

Collectif Ecole changer de cap, mis en ligne le 30 novembre 2013.

Ministère de l’éducation nationale (Dgesco/DMPLVMS) AGIR SUR LE CLIMAT SCOLAIRE À L’ÉCOLE PRIMAIRE (EXTRAITS) Comment agir sur le climat scolaire ? · La qualité du climat scolaire est une responsabilité collective. · Plus que des programmes exceptionnels, le défi est l’implantation de pratiques quotidiennes. · Agir sur le climat scolaire, c’est agir de façon systémique, c’est-à-dire sur l’ensemble de l’organisation qu’est l’école, en combinant des actions sur les différents facteurs du climat scolaire. Quels sont les leviers identifiés dans les programmes qui marchent ? Dynamique et stratégies d’équipe. Une organisation communautaire du travail en équipe, accompagnée d’une (...)

» Pour décontaminer l’erreur de la faute dans les apprentissages

Daniel Favre, mis en ligne le 20 novembre 2013.

Texte publié dans la Revue de Psychologie de la motivation. L’école en chantier, N°36, 2003. Daniel FAVRE Introduction Dans un environnement social et économique en mutation comme le nôtre, les représentations et les attitudes des enseignants ne devraient-elles pas pourtant évoluer ? À l’heure actuelle, les enseignements ne devraient-ils pas permettre aux jeunes de développer prioritairement des capacités adaptatives afin qu’ils puissent trouver ou s’inventer une place dans une société dont le devenir est difficilement prévisible ? Or, face à ce défi, sans précédent connu, que notre société propose ou impose au monde de l’éducation, et malgré les incitations officielles, (...)

» L’audition en cours de musique : une prise de risque pédagogique et affective

Jean-Charles Léon, mis en ligne le 8 juillet 2013.

L’audition fait partie de ces moments pédagogiques délicats pendant lesquels le cognitif et l’affectif sont étroitement mêlés. Le professeur d’éducation musicale choisit souvent des œuvres qu’il aime, qu’il a étudiées, qu’il s’est approprié ; il y investit nécessairement une part subjective de ses émotions, part qu’il livre inconsciemment aux élèves et à leur jugement. L’enfant, lui, pratique avec plaisir une forme d’audition en dehors du collège, avec son lecteur mp3 ou son téléphone portable, son ordinateur et ses téléchargements plus ou moins légaux. Écouter de la musique est pour lui une activité à haute valeur sociale et identitaire, faite d’échanges avec ses amis, de discussions (...)

» Déployer la motivation

Brigitte Prot, mis en ligne le 12 avril 2013.

Brigitte PROT Une formation pour les élèves Depuis dix ans, j’assure auprès d’élèves de Primaire, collège, lycée (LG, LP et LT) et post-bac un travail autour de la motivation1. Il les invite à comprendre et à construire le sens de leur apprentissage et de leur présence en classe. Il leur permet de faire le point sur leur situation scolaire, dans le but développer leur confiance en soi et acquérir les outils d’une mise en projet personnelle. Ce travail prend quatre formes : interventions auprès de classes (à partir de leurs représentations de ce qui les motive et les démotive) ; audits de classes en situation de crise ; accompagnement de groupes ; bilans de motivation et (...)

» « Le bonheur d’apprendre, de comprendre et d’entreprendre »

Collectif Ecole changer de cap, mis en ligne le 3 janvier 2013.

Nous publions volontiers cette forte réflexion en hommage à son auteur et à tous les enseignants qui perpétuent le grand mouvement de l’école dite "nouvelle", "active" ou "moderne". Celle-ci fut la grande innovation et promesse du fameux Plan Langevin-Wallon de 1946. Promesse d’une autre conception et d’autres pratiques pédagogiques qui favorisent - beaucoup d’élèves en témoignent - "le bonheur d’apprendre, de comprendre et d’entreprendre". Mais le poids du scepticisme et de la tradition marginalisa vite cette innovation refondatrice dans le champ des initiatives utopistes... Armen TARPINIAN ..................................... Christian PLÉVY professeur des (...)

» Cessons de démotiver les élèves : 18 clés pour favoriser l’apprentissage

Daniel Favre, mis en ligne le 7 mai 2012.

Le rôle de l’enseignant doit évoluer. Il n’est plus celui qui « oblige » des élèves à effectuer des tâches pour lesquelles ils ne sont pas motivés mais celui qui « accompagne » des sujets en devenir à travers la mini-crise affective et cognitive que constitue tout apprentissage, en sachant que c’est au terme de cette épreuve que se produit la "récompense endogène cérébrale". Sa tâche essentielle revient donc à éviter que les élèves se démotivent pour l’apprentissage, car si cela se produit, ils risquent de chercher ailleurs dans la motivation d’addiction (drogues, alcool, jeux, conduites à risque, violence, …) des sources exogènes alternatives d’excitations et de plaisir. (...)

» La désorientation de l’enfant face au jeu et au travail

Armen Tarpinian, mis en ligne le 20 mars 2012.

Ce texte écrit en 1970 est une illustration de la méthode de rééducation élaborée par Paul Diel. fondateur de la Psychologie de la Motivation (1947). Il a appliqué sa méthode avec succès auprès des enfants en difficulté de l’après-guerre dans le "Laboratoire de Bio-psychologie de l’Enfance" que dirigeait Henri Wallon (CNRS) . Ce dernier en a hautement témoigné. Son approche des souffrances scolaires d’hier nous aide à mieux comprendre ce qui se vit aujourd’hui. La problématique du jeu et du travail, largement traité ici, constitue un élément central trop peu évoqué dans les réflexions sur le mal-être des élèves. Diel allait jusqu’à dire que le déchirement entre l’attrait (...)

» Les enjeux sociaux occultés de l’évaluation

Collectif Ecole changer de cap, mis en ligne le 7 février 2012.

André LÉVY , Professeur émérite en psychologie sociale, Université de Paris 13. Généralisation des pratiques d’évaluation Comme on le sait, les pratiques d’évaluation deviennent de plus en plus généralisées, tendent à envahir tous les domaines de la vie et toutes les institutions, - entreprises, administrations, politiques publiques et sociales, institutions de santé et d’enseignement,… Tout est ainsi objet d’évaluation, et tout le monde évalue en permanence les personnes, les biens, les services… Mises en œuvre au nom d’une certaine rationalité, ces pratiques se heurtent cependant à de nombreuses critiques qui dénoncent la façon dont, en instituant un réseau serré de (...)

» Facteurs incontournables du développement de l’enfant

Collectif Ecole changer de cap, mis en ligne le 6 février 2012.

Hubert Montagner* À l’occasion de la première Journée nationale du refus de l’échec scolaire, qui s’est tenue à Paris le mardi 23 septembre 2008, le journal LIBÉRATION publiait un sondage réalisé auprès de 700 jeunes suivis par l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville). Selon ce sondage, 42 % des élèves ont « mal au ventre au moment de partir à l’école » ; « 26 % ne comprennent pas ce qu’on leur demande de faire ». L’enquête précise que « 84 % des collégiens en grande difficulté sont issus des catégories défavorisées ». En outre, dans les 26 % de collégiens qui ne comprennent pas ce qu’on leur demande de faire à l’école, il y a très probablement un nombre non (...)

» Eloge de l’éducation lente

Joan Domènech Francesch, mis en ligne le 3 novembre 2011.

Préface à l’édition française «  Arrêter la course pour passer de l’homme qui s’agite en tous sens à l’homme qui agit pour le sens    ». Jean-Patrick Chauvin, Quand la maladie nous enseigne, Édition Josette Lyon, 2007]] «  Je n’ai pas le temps…  ». Cette ritournelle, que de fois l’avons-nous entendue, pensée ou prononcée  ! Le temps nous égare, le temps nous étreint. Mais le temps peut être aussi un havre, avant un nouveau départ, dans la même direction ou vers d’autres horizons. Comme dans une gare, nous descendons alors d’un train et nous en prenons un autre (ou pas). Le temps nous égare, le temps nous étreint. Le temps nous est gare, le temps nous est train comme le dit (...)

» Accompagnement d’enfants et d’adolescents en difficulté scolaire

Cyrille Cahen, mis en ligne le 30 septembre 2011.

Source : www.PedagoPsy.eu Dr. Cyrille Cahen, neuropsychiatre Durant vingt-cinq ans j’ai accompagné en CMPP (Centre médico-psycho-pédagogique) des enfants et des adolescents en difficulté, et parfois en complet échec scolaire. Le Centre était situé à Paris, dans le XIVème arrondissement, donc milieu diversifié, et non cette homogénéité des banlieues qui fait aujourd’hui l’actualité. Entré au CMPP comme psychiatre psychothérapeute, je n’avais, à l’origine, nul a priori, ouvert que j’étais à l’accueil de quelque difficulté ou pathologie que ce fût, à l’exclusion des pathologies lourdes, incompatibles avec un traitement ambulatoire. Après quelques mois de pratique, je (...)

» Apprendre. Henri Bergson ( 1923)

Collectif Ecole changer de cap, mis en ligne le 23 juillet 2011.

Ce que Bergson écrivait en 1923... "Je n’ai pas à parler ici du travail manuel, du rôle qu’il pourrait jouer à l’école. On est trop porté à n’y voir qu’un délassement. On oublie que l’intelligence est essentiellement la faculté de manipuler la matière, qu’elle commença du moins ainsi, que telle était l’intention de la nature. Comment alors l’intelligence ne profiterait-elle pas de l’éducation de la main ? Allons plus loin. La main de l’enfant s’essaie naturellement à construire. En l’y aidant, en lui fournissant au moins des occasions, on obtiendrait plus tard de l’homme fait un rendement supérieur ; on accroîtrait singulièrement ce qu’il y a d’inventivité dans le monde. Un savoir (...)

» André de Peretti. Pédagogue d’exception

André de Peretti, mis en ligne le 8 juillet 2011.

Né en 1916 au milieu de la première guerre mondiale, André de Peretti n’a pas fini, au XXIe siècle, de nous surprendre et de parler. Et c’est un message d’optimisme contagieux, mais raisonnable, qu’il continue de transmettre avec humour et mots choisis, tant aux générations ayant suivi la sienne qu’aux jeunes d’aujourd’hui, à qui il propose de surfer avec ruse sur la complexité du monde. Nous avons rassemblé ici certains apports majeurs de son oeuvre pédagogique, joints à des témoignages de quelques unes parmi les personnes qu’il aura marquées et qui, en ces pages, rendent hommage non seulement au pédagogue, mais à l’Homme. Une rencontre et une lecture régénérantes et (...)

» Notes ou pas : où est le problème ?

Daniel Favre, mis en ligne le 29 novembre 2010.

Des évaluations issues du Programme for International Student Assessment (PISA, 2000, 2003, 2006, et à venir 2009) montrent que dans certains pays, comme la Finlande, les jeunes de 15 ans sont plus performants en mathématiques par exemple que dans d’autres pays comme la France et que de plus, les résultats continuent à s’améliorer dans ces pays alors que cela se détériore dans le nôtre. La Finlande ne notant pas les résultats scolaires au Primaire, la tentation est grande de penser qu’en supprimant les notes, on va supprimer le problème de fond qui parasite l’évaluation des élèves en France. Le raisonnement ne devrait-il pas aller plus loin en identifiant parmi les (...)

» Le désir d’apprendre : un oublié de l’école…

André Giordan, mis en ligne le 7 juin 2010.

La perte d’appétence scolaire L’école ne devrait-elle pas susciter chez l’enfant, avant même « le savoir lire, écrire, compter… » le désir d’apprendre ? Or que constate-t-on au cours de la scolarité ? Trop souvent, ce désir, bien présent chez le petit enfant, s’éteint progressivement au cours de la scolarité. La grande majorité des enfants qui entrent en école maternelle sont avides de connaître tout sur tout, car tout les intéresse, tout les interpelle ! Les questions fusent, que ce soit à la maison ou dans la classe. Arrivé en quatrième (13/14 ans), l’intérêt pour les savoirs de l’école s’étiole, apprendre est devenu pour la plupart, « anchi » et « relou » ! Les moins rétifs (...)

Mentions légales | S’abonner | Plan du site | Accessibilité